Buy Music CDs at CD Universe. Audio Samples and Reviews Available on Music New Releases 

 

     

 

Recherche personnalisée sur tout Musicomania.ca

 

 

pour CHERCHER dans cette page

 

 

2016 :

           

         

 

         

 

 

 

 

 

JANVIER 2016 :

 

 Adele – 25

Adele25

La chanteuse britannique est de retour avec son troisième album, après s’être mariée et avoir fondé une famille. Pourtant ses chansons traitent toujours d’amours compliqués, comme si elle ne pouvait s’inspirer de son récent bonheur. 25, qui marque son passage de la mi-vingtaine, présente 11 chansons, surtout des ballades déchirantes. L’ensemble demeure tout de même basé sur sa voix puissante, à l’image du succès « Hello » qui nous berce avant de nous réveiller avec un refrain de grande envergure. C’est dans ces moments que la chanteuse brille véritablement, mais il n’y en a malheureusement peu qui créent un tel effet. L’exception serait probablement « When We Were Young », un hymne parfait pour les nouveaux mariés. Le principal défaut de 25, malgré sa production impeccable, est certainement qu’il ne propose que très peu d’évolution par rapport à 21. Il faudra regarder un peu plus vers l’avant la prochaine fois. (chronique principale de janvier 2016)

Vidéoclip : « Hello »

XL Recordings

 

     

 

Alessia Cara – Know-It-All

Alessia Cara Know-It-All

Âgée de seulement 19 ans, Alessia Caracciolo présente son tout premier album complet, suite au succès de « Here » et du mini-album Four Pink Walls. On retrouve d’ailleurs ce mini-album dans la première moitié du CD. La jeune femme de Brampton en Ontario propose une musique pop à forte tendance R&B. Ses compositions font preuve d’une grande maturité pour son âge et ses observations sont justes. Même si Alessia s’est fait aider à l’écriture, on sent qu’avec tout le talent qu’elle possède elle pourra rapidement tout écrire seule. Voici donc une artiste à surveiller de près au cours des prochaines années. Le court album de 10 pièces et 35 minutes ajoute trois titres dans sa version de luxe pour un total de 47 minutes. (découverte du mois de janvier 2016)

Vidéoclip : « Here »

Def Jam / Universal

½

   

Kevin Bazinet – Talk To Me

Kevin BazinetTalk To Me

Le gagnant de la dernière édition de La Voix, Kevin Bazinet, nous offre son tout premier album. Il s’agit d’un disque essentiellement en anglais auquel ont été ajoutées trois chansons en français dont le succès « Jusqu’où tu m’aimes » et sa reprise unique de « L’amour existe encore ». On peut aussi entendre un duo avec Alicia Moffet pour « Surrendered ». Kevin signe les paroles et la musique de la majorité des pièces du disque, mais il peut aussi compter sur des collaborateurs de renom comme Marc Dupré (son coach), Tino Izzo (le réalisateur) et Jérôme Couture. Kevin surprend par son aplomb à interpréter de très bonnes chansons à tendance soul / R&B. (janvier 2016)

½

 

 Coldplay – A Head Full of Dreams

Coldplay A Head Full of Dreams

À peine un an et demi après Ghost Stories, le quatuor britannique est de retour avec un nouvel album. Beaucoup plus lumineux que le précédent, A Head Full of Dreams nous ramène dans une atmosphère qui respire le bonheur, avec une touche d’électro dansante. Il s’agit certainement d’une bonne bouffée d’air frais, par contre les compositions ne sont peut-être pas à la hauteur. Certaines sentent en effet le réchauffé, avec en plus ces parallèles beaucoup trop faciles à faire avec U2, entre autres au niveau des guitares qui rappellent souvent The Edge. Bon, ce n’est pas la première fois que cette comparaison s’impose, mais quand les compositions manquent en plus d’originalité, ça devient plutôt gênant. Les chansons joyeuses bénéficient en certaines occasions de rythmes disco et d’arrangements électroniques. On peut aussi entendre des collaborateurs de renom comme Beyoncé, Tove Lo et Noel Gallagher qui viennent ajouter une touche de renouveau au quatuor qui semble parfois tourner en rond. Beyoncé par exemple est particulièrement efficace pour nous faire apprécier « Hymn For the Weekend ». Les autres chansons incontournables du disque sont sans contredit la chanson-titre qui nous arrive dès la pièce d’ouverture et le premier extrait, « Adventure of a Lifetime ». Pour le reste, peu d’éléments intéressants réussissent à capter notre attention. (janvier 2016)

Vidéoclip : « Adventure of a Lifetime »

Parlophone / Warner

     

 William DesLauriers – Le courant passe

William DesLauriersLe courant passe

Sur son troisième album, l’ex-participant à Star Académie explore quelques nouvelles sonorités. L’ensemble demeure toujours essentiellement folk pop, dominé par la guitare acoustique et la voix douce du chanteur. Par contre, William ajoute des claviers, de l’orgue B3 et même du violoncelle, puis il présente quelques pièces franchement folks. Il ajoute aussi une teinte blues très agréable à la pièce d’ouverture, « Une moto dans la peau ». Avec Le courant passe, DesLauriers présente qui il est vraiment musicalement. (janvier 2016)

 

 Enya – Dark Sky Island

Enya Dark Sky Island

La chanteuse irlandaise présente un premier album en 7 ans avec Dark Sky Island. Son huitième album en carrière compte plusieurs moments forts de pop celtique avec des éléments d’inspiration classique. En fait, on y retrouve peut-être le meilleur assemblage de chansons depuis ses albums à succès d’il y a 25 ans et plus. Par exemple, dès la pièce d’ouverture, « The Humming », on sait que l’on a affaire à un classique du genre. Dark Sky Island marque le retour du Loxian, un langage inventé par l’auteure Roma Ryan pour l’album Amarantine en 2005. Il est utilisé ici dans « The Forge of the Angels » et dans l’excellente « The Loxian Gate ». Même si ce nouvel album emprunte des éléments qui ont fait son succès dans le passé, il est résolument tourné vers l’avenir tout en bénéficiant de toute l’expérience d’Enya. Un très bon disque! (janvier 2016)

Vidéoclip : « So I Could Find My Way »

Aigle / Warner

½

 

 Lara Fabian – Ma vie dans la tienne

Lara FabianMa vie dans la tienne

Pour son nouvel album, la chanteuse belgo-canadienne d’origine italienne a collaboré avec Élodie Hesme pour les textes et David Gategno pour la musique. Gategno assure aussi la réalisation de l’album qui présente une musique pop adulte de grande envergure avec des arrangements de cordes et orchestrations. On reconnaîtra aisément le style de Lara, mais elle présente plus que jamais des textes remplis d’espoir et de joie de vivre. On retrouve toujours bien évidemment une poignée de chansons chargées d’émotion, marque de commerce de l’artiste depuis ses débuts il y a 25 ans. L’ensemble de 11 titres devrait plaire aux amateurs du genre et de Lara Fabian. (janvier 2016)

Vidéoclips : « Quand je ne chante pas » - « Ma vie dans la tienne »

SPRL / Warner

   

 Ellie Goulding – Delirium

Ellie Goulding Delirium

La chanteuse pop britannique est de retour avec son très attendu troisième album. Après avoir atteint le statut de star internationale avec 20 millions de copies vendues de ses deux premiers albums, voilà qu’Ellie Goulding présente un disque de grande envergure. Elle passe donc à un tout autre niveau. Moins atmosphérique que son précédent disque, Delirium revient à un son pop accrocheur et entraînant pour rejoindre un large auditoire. Plus facile d’accès, le disque capte rapidement notre attention. Les quelques pièces à tendance un peu plus R&B, comme le premier extrait, « On My Mind », bénéficient d’une production de premier plan. Avec ce nouvel enregistrement, Ellie Goulding solidifie sa place sur la scène pop mondiale. Il s’agit certainement de son album le plus complet et satisfaisant à ce jour. Une version de luxe de Delirium ajoute six titres additionnels aux 16 pièces de la version standard. (janvier 2016)

Vidéoclips : « Love Me Like You Do » - « On My Mind »

Polydor / Universal

½

   

 CeeLo Green – Heart Blanche

CeeLo Green Heart Blanche

Le chanteur / rappeur présente son premier album solo en cinq ans, si on exclut son disque de Noël lancé en 2012. Heart Blanche est un album aux rythmes efficaces, rempli de positivisme. On y trouve aussi une bonne dose de nostalgie, avec de nombreuses références au passé. À l’ouverture du CD, Green nous laisse quelque peu indifférent avec une intro inutile et un pastiche des années 1980 avec « Est. 1980s ». Il faut attendre l’excellente « Mother May I » pour véritablement adhérer à l’album qui présente par la suite plusieurs morceaux plaisants (« Tonight », « Sign of the Times », « Music to My Soul », etc.). Il rend hommage à Robin Williams et autres comédiens disparus dans la pièce simplement intitulée « Robin Williams ». Un peu de remplissage dans les dernières pistes fait en sorte que Heart Blanche ne passera certainement pas à l’histoire, mais CeeLo Green offre tout de même quelques très bonnes chansons, dignes de son vaste talent. (janvier 2016)

Vidéoclip : « Music to My Soul »

Atlantic / Warner

   

 Grimes – Art Angels

Grimes Art Angels

Après l’excellent album Visions en 2012, l’artiste de Vancouver originaire de Montréal s’est installée à Los Angeles pour la préparation d’Art Angels. Claire Boucher (alias Grimes) nous offre à nouveau une musique électro créative, parfois planante et souvent dansante. En fait, sur Art Angels, elle prend une tangente plus pop que jamais avec de nombreuses chansons entraînantes aux mélodies inoubliables. Son son devient plus riche et il sollicitera assurément le maximum de vos enceintes acoustiques. Il n’y a que sa voix très haute perchée qui contraste quelque peu avec l’ensemble, mais on réussit à s’y habituer quand même assez rapidement comme faisant partie de son univers. L’originalité n’est peut-être pas au même niveau que sur Visions, mais Grimes réussit à offrir quelques petits bijoux, le plus intéressant étant sans contredit « Kill V. Maim » qui se démarque agréablement du reste de l’album. Il s’agit donc encore une fois d’un excellent disque pour cette artiste canadienne unique, certainement celui qui lui permettra de véritablement exploser à l’international. (janvier 2016)

½

   

 Johnny Hallyday – De l’amour

Johnny HallydayDe l’amour

De l’amour n’est rien de moins que le 50e album studio en carrière pour Johnny Hallyday. Réalisé et composé par Yodelice, l’album contient 10 chansons dont plusieurs reviennent aux racines américaines du blues, du country et du rockabilly. Les guitares et l’harmonica donnent une bonne dose de nostalgie aux musiques d’Hallyday. Il n’y a que les textes autour du thème incontournable de l’amour qui semblent souvent présenter une dissonance évidente avec la musique, et ce dès la chanson-titre avec son refrain trop facile. Dommage parce que musicalement, Johnny Hallyday n’a pas sonné aussi bien depuis longtemps. (janvier 2016)

Warner

   

 Hedley – Hello

Hedley Hello

Le quatuor de Vancouver dirigé par le charismatique Jacob Hoggard est de retour avec Hello, déjà son sixième album studio depuis ses débuts en 2005 (son huitième au total). Plus pop que jamais, Hello est littéralement transporté par sa chanson-titre (rien à voir avec le plus récent succès d’Adele). Pour le reste, il s’agit d’une musique pop rock plutôt commune à laquelle s’ajoute une touche d’électro agréable. Des mélodies intéressantes vous feront chanter alors que quelques rythmiques efficaces vous feront taper du pied. Sans être d’une originalité débordante, le groupe tente visiblement d’aller vers l’avant en faisant évoluer son style. Hello n’est peut-être pas renversant, mais tout de même plaisant à entendre. (janvier 2016)

Vidéoclips : « Lost in Translation » - « Hello »

Capitol / Universal

   

 Chris Isaak – First Comes the Night

Chris Isaak First Comes the Night

First Comes the Night est le 13e album de la carrière de Chris Isaak. Même s’il présente un album de chansons originales, Isaak fait ce qu’il sait faire de mieux, c’est-à-dire s’inspirer grandement des années 1950 et 1960 pour une musique pop rock d’une autre époque. Par contre, c’est dans ce contexte qu’il se porte le mieux puisqu’il réussit à éviter les clichés et peut être pris au sérieux. Enregistré à Nashville et réalisé par Paul Worley (Dixie Chicks, Lady Antebellum, Martina McBride), Dave Cobb et Mark Needham, First Comes the Night possède d’importantes influences country en de nombreuses occasions. L’ensemble demeure tout de même enraciné dans une musique pop rock d’autrefois, qui ne renverse peut-être aucune barrière, mais qui demeure fidèle au style de Chris Isaak. (janvier 2016)

Wicked Game / Vanguard / Concord

   

 

JoeyStarr & Nathy – Caribbean Dandee

JoeyStarr fait partie des rappeurs français les plus facilement reconnaissables. Malgré une carrière remarquable au cinéma, il n’a pas abandonné la musique, et le voici donc de retour en compagnie de Nathy Boss. Ce sont deux styles et deux générations qui s’affrontent sur Caribbean Dandee, un disque hip hop passablement varié intégrant plusieurs doses intéressantes de reggae. On y retrouve aussi des éléments d’électronique. En bout de ligne, c’est un album créatif difficile à qualifier que nous offrent JoeyStarr et Nathy, un très bon enregistrement de hip hop qui va bien au-delà des frontières du genre. (janvier 2016)

2ZR / Naïve / SIX

½

 Inna Modja – Motel Bamako

Inna ModjaMotel Bamako

La chanteuse et mannequin originaire du Mali maintenant établie à Paris nous arrive avec un nouvel album fortement influencé par la terreur djihadiste qui s’abat sur son pays d’origine. En effet, l’invasion de Tombouctou et la dernière prise d’otages à Bamako par une filiation d’Al-Qaïda font en sorte que Motel Bamako ne respire plus autant la joie de vivre que son précédent disque, Love Revolution. On est bien loin de la chansonnette pop comme « French Cancan » qui lui a permis d’obtenir un vaste succès. C’est plutôt une musique soul sombre que nous offre ici Inna Modja, une musique qui ne perd par contre rien de son originalité, alors qu’elle y intègre diverses influences (hip hop, rock, boucles électroniques et rythmes africains). Elle s’entoure de collaborateurs judicieusement choisis pour trois duos : Oxmo Puccino, Oumou Sangaré et Baloji. C’est un excellent disque que présente Inna Modja avec Motel Bamako, un disque important pour faire prendre conscience de la situation de terreur qui règne au Mali. (janvier 2016)

Vidéoclip : « Tombouctou »

Warner

½

     

 OMI – Me 4 U

OMI Me 4 U

Le Jamaïcain Omar Samuel Pasley (alias OMI) nous a offert le succès de l’été 2015 avec « Cheerleader », avant de revenir avec un autre ver d’oreille, « Hula Hoop ». Son premier album présente un agréable mélange de pop dansante et de reggae, toujours en simplicité. Parmi les collaborations à l’album, notons plus particulièrement celle du chanteur dancehall Busy Signal pour la pièce « Color of My Lips » qui prend toute une dose d’adrénaline. L’ensemble du disque se digère plutôt bien, même si on sent qu’il a été lancé un peu rapidement pour profiter de l’engouement créé par « Cheerleader ». Il s’agit en bout de ligne d’un album léger mais hautement divertissant, un album parfait pour une escapade au soleil un verre à la main. (janvier 2016)

Vidéoclips : « Cheerleader » - « Hula Hoop »

Ultra / Sony

   

 One Direction – Made in the A.M.

One Direction Made in the A.M.

Depuis ses débuts en 2011, le jeune groupe anglais aligne les albums avec régularité, soit un par année. One Direction lancent donc déjà leur cinquième disque avec Made in the A.M., leur premier en tant que quatuor suite au départ de Zayn Malik. Par contre, c’est à peu près le seul changement qu’apporte ce nouvel opus, puisque le groupe conserve la même formule pop avec des moments dansants, des pièces mid-tempo émotives et des ballades. La production demeure de très haute qualité, avec la même équipe de Julian Bunetta et John Ryan à la réalisation. Le groupe emprunte en certaines occasions à des artistes du passé, comme « What a Feeling » qui semble contenir une partie de « Dreams » de Fleetwood Mac ou « Never Enough » qui peut rappeler Def Leppard au refrain. Même la pièce d’ouverture, « Hey Angel », nous plonge rapidement dans « Bittersweet Symphony » de The Verve. Une fois quelques ballades franchement ennuyantes passées, on pourra tout de même conclure que One Direction propose une bonne musique pop des années 2010. Les radios s’en régaleront, mais surtout leurs fans… (janvier 2016)

Vidéoclips : « Drag Me Down » - « Perfect »

Syco / Columbia / Sony

   

 Alyssa Reid – Phoenix

Alyssa Reid Phoenix

La jeune chanteuse pop d’Edmonton en Alberta est de retour avec un troisième album. Ce qui surprend dès le début de Phoenix, c’est l’abus de ballades au piano. Même si elles permettent de bien mettre en évidence la voix puissante d’Alyssa, elles nous font vite espérer un véritable démarrage, qui ne viendra jamais. En plus, ce sont des ballades lourdes et sombres que nous offre Alyssa Reid, que l’on peut maintenant assurément surnommer l’Adele canadienne. L’album de 10 pièces et 36 minutes peut à peine être considéré comme un album complet si on considère que les deux derniers titres sont les versions radio de « Tomorrow » et « Dangerous » présentées précédemment. Phoenix devrait donc plutôt être considéré comme un mini-album augmenté. Mais puisque les ballades deviennent rapidement lassantes, considérons que c’est bien suffisant pour cette fois. Espérons seulement qu’Alyssa retrouvera sa joie de vivre pour le prochain album, question de nous redonner le sourire. (janvier 2016)

Vidéoclip : « Dangerous »

Wax / Universal

½

   

 Les Respectables – Les Respectables

Les RespectablesLes Respectables

Il aura fallu attendre leur 11e album pour que le groupe de Québec présente un album éponyme. Avec ce nouveau disque, le quatuor rock prouve qu’il n’a rien perdu de sa fougue, toujours un peu adolescente. Réalisé par leur ami Gordie Johnson (Big Sugar), l’album d’à peine 33 minutes contient 10 pièces originales plutôt variées. Leur son rock intègre en effet des moments de pop, de reggae et de funk. Les trois premiers extraits (« Cette fille », « As-tu assez d’amour pour en donner? » et « Bleu ») ont déjà connu un immense succès dans les radios, et plusieurs autres pièces possèdent autant de potentiel. Sans briller par son originalité, le nouvel album des Respectables contient suffisamment de moments intéressants pour satisfaire leurs fans. (janvier 2016)

Entourage

   

 Seal – 7

Seal 7

Après l’album de reprises Soul 2 paru en 2012, le chanteur britannique revient avec un disque de chansons originales. Sur 7, Seal présente un vaste éventail de styles de soul, allant de ballades langoureuses à des pièces pop un peu plus dansantes. Les meilleurs moments incluent « Life on the Dancefloor » et « Do You Ever », mais surtout, la puissante « Padded Cell », assurément le moment fort de ce CD de près de 50 minutes. Pour le reste, il ne renverse aucune barrière et ne devrait pas trop s’attirer de nouveaux fans. Par contre, ses admiratrices de longue date ne seront pas trop déboussolées. Un album honnête, sans plus. (janvier 2016)

Reprise / Warner

 

Ingrid St-Pierre – Tokyo

Ingrid St-PierreTokyo

C’est une Ingrid St-Pierre épanouie et en contrôle que l’on retrouve sur son troisième album. Après avoir su définir son style, elle l’assume complètement sur Tokyo. Elle livre toujours ses très belles histoires de sa voix douce accompagnée d’un piano discret, mais on peut aussi entendre de la harpe, de la guitare, des cuivres et de la batterie en quelques occasions. La réalisation de Philippe Brault est impeccable et met parfaitement en évidence la voix très agréable d’Ingrid. Le principal défaut de Tokyo est qu’il ne contient que 10 morceaux totalisant moins de 40 minutes. On en prendrait plus… (janvier 2016)

La Tribu

½

 

 Straight No Chaser – The New Old Fashioned

Straight No Chaser The New Old Fashioned

Sur son cinquième album, le groupe vocal américain présente surtout des succès pop contemporains, tout en conservant quelques classiques du passé. On peut entendre entre autres les hits « Can’t Feel My Face » de The Weeknd, « Marvin Gaye » de Charlie Puth, « All About That Bass (No Tenors) » de Meghan Trainor et « Take Me to Church » de Hozier, sans oublier « Beggin’/Counting Stars », « Red » et « Shup Up and Dance ». Parmi les classiques d’une autre époque, notons « (Sittin’ On) The Dock of the Bay/Proud Mary », « Make You Feel My Love » de Bob Dylan et la surprenante « Creep » de Radiohead. L’album de 13 titres se termine agréablement avec un medley de presque 6 minutes de musiques de films, incluant James Bond. Les interprétations a capella de Straight No Chaser démontrent à nouveau tout leur talent vocal. Elles permettent de redécouvrir des chansons que l’on a souvent entendues, et même d’en apprécier la qualité mélodique. (janvier 2016)

Atlantic / Warner

½

   

 The Wainwright Sisters – Songs in the Dark

The Wainwright Sisters Songs in the Dark

Les demi-sœurs Martha Wainwright et Lucy Wainwright Roche présentent pour la première fois un album en duo. Elles proposent une musique folk qui n’est pas sans nous rappeler ce que la mère et la tante de Martha, les sœurs Kate et Anna McGarrigle, ont présenté récemment. Par contre, il s’agit ici de berceuses, souvent assez anciennes. Certaines constituent une histoire de famille avec une composition de Loudon Wainwright, leur père, une de Kate McGarrigle, la mère de Martha, et une de Terre Roche, la sœur de la mère de Lucy, Suzzy, toutes deux membres du trio The Roches avec leur autre soeur Maggy. Loudon et Terre ont aussi une composition conjointe, « Screaming Issue ». Parmi les autres titres, on en retrouve de Paul Simon, Townes Van Zandt, Richard Thompson et Irving Berlin. Il y en a 16 en tout qui sauront assurément vous bercer grâce à leur douceur. (janvier 2016)

PIAS

½

   

 

décembre :

 

 Justin Bieber – Purpose

Justin BieberPurpose

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le parcourt du jeune chanteur canadien Justin Bieber est plutôt atypique. Âgé de seulement 21 ans, on a déjà l’impression qu’il a vécu toutes les étapes, les hauts et les bas, de la carrière de chanteur. De la Bieber Mania à ses innombrables frasques, il a fait autant parler de lui pour sa vie privée que pour sa carrière musicale. Le jeune homme possède un talent indéniable, mais l’utiliser à bon escient ne semble pas toujours facile pour lui. Purpose nous arrive alors que trois de ses chansons ont déjà flirté avec le sommet des palmarès : « Where Are Ü Now » (avec Diplo et Skrillex), « What Do You Mean? » et « Sorry ». On peut donc croire que le succès de l’album est assuré. Par contre, Bieber nous propose un album plutôt inégal où les ballades romantiques souvent ennuyantes semblent dominer les pièces R&B efficaces. Il peut compter sur plusieurs artistes invités comme Big Sean, Travis Scott et Halsey, mais ce n’est pas suffisant pour ramener un peu d’énergie à l’album qui manque grandement de stéroïdes. Si Purpose représente un nouveau départ pour Justin Bieber, il devra assurément travailler fort pour demeurer au sommet. (chronique principale de décembre 2015)

Vidéoclips : « Where Are Ü Now » - « What Do You Mean? » - « Sorry »

Def Jam / Universal

   

     

 BORNS – Dopamine

BORNS Dopamine

Garrett Borns est un jeune auteur-compositeur, chanteur et multi-instrumentiste du Michigan qui nous arrive avec un tout premier album. Il présente une musique pop alternative passablement créative. On y trouve des éléments de disco, de funk et de rock, avec toujours de très bonnes mélodies pop. Sa voix de falsetto contribue assurément à le distinguer. Même s’il semble puiser l’essentiel de ses influences dans les années 1970, BORNS offre une musique bien de son époque avec des arrangements et une réalisation dignes des plus grandes productions des années 2010. Avec Dopamine, BORNS propose des chansons qui ont le pouvoir magique de nous faire nous sentir bien dès la première écoute. Après quelques écoutes additionnelles, l’album risque donc d’avoir de très bonnes capacités thérapeutiques. (découverte du mois de décembre 2015)

Vidéoclip : « 10,000 Emerald Pools »

Interscope / Universal

½

   

2 Frères – Nous autres

2 FrèresNous autres

Les frères Erik et Sonny Caouette, originaires de Chapais, ont fait des rencontres déterminantes au cours des dernières années. Erik a participé à Phénomia9 à Vrak-TV, puis ils ont fait la première partie d’artistes de renom (Plume Latraverse, Les Respectables, Les Trois Accords, etc.). Ils ont surtout rencontré Mario Pelchat qui les a pris sous son aile. Les 2 Frères présentent leur tout premier disque à tendance folk rock réalisé par Steve Marin. Il contient plusieurs succès potentiels dans un style qui s’apparente passablement à Kaïn avec quelques éléments traditionnels. (décembre 2015)

Vidéoclip : « Maudite promesse »

MP3

 Marc Angers – Marc Angers

Marc AngersMarc Angers

L’auteur-compositeur, violoniste et chanteur qui s’est fait découvrir lors de Star Académie 2005 revient avec un deuxième album, son premier en sept ans. On y trouve 11 pièces dont trois instrumentales (incluant ses versions de « The Scientist » de Coldplay et « Le monde est stone »). Marc Angers propose un très beau mélange de musiques classique, traditionnelle, celtique et folk, avec aussi des mélodies influencées par la pop britannique. Dix ans après ses débuts remarqués, voilà que le rouquin semble enfin avoir trouvé un son qui lui est propre. (décembre 2015)

Vidéoclips : « Le monde est stone » - « La vie légère »

½

   

 Blé – Pluie de grêle

BléPluie de grêle

Le duo québécois Blé est de retour avec un deuxième album suite au succès d’Avion-Papier. Sur Pluie de grêle, on peut découvrir une nouvelle maturité de la part de Thierry Doucet et Miro Belzil, tant au niveau de la musique que des textes. L’album de 10 pièces réalisé par Jay Lefebvre (Simple Plan, Roch Voisine, Eva Avila, Andréanne A. Malette) contient plusieurs chansons accrocheuses alliant pop et rock, dont le premier extrait, « Et si ». Le groupe qui fait fureur sur les réseaux sociaux, incluant 10 millions de visionnements sur YouTube, poursuivra certainement dans sa voie déjà entamée de groupe bien de son époque. (décembre 2015)

Vidéoclip : « Et si »

Kay

   

 

Blitz//Berlin Distance

Les quatre membres de Blitz//Berlin sont originaires de la côte ouest canadienne, mais ils ont formé le groupe à Toronto après y être déménagés. Ils ont tous fait partie de groupes punk ou indie auparavant, mais ils ont démarré ce projet pour composer la musique de films d’horreur. Le projet s’étend maintenant à un groupe à temps plein et ils présentent leur premier album avec Distance. Le disque contient des influences très variées entre indie rock, indie pop, électro, new wave et musique d’ambiance. Très cinématographique, Distance ressemble en fait à la bande originale d’un film qui n’existe pas encore. C’est un disque qui s’écoute bien du début à la fin, sans grandes surprises, mais aussi sans véritables faiblesses. (décembre 2015)

Wax / Universal

 Blue Sky Miners – Blue Sky Miners EP

Blue Sky Miners Blue Sky Miners EP

Jena Gogo et Jay Mitchell ont grandi en Colombie-Britannique, mais c’est dans un bar de Toronto en 2013 qu’ils se sont rencontrés et ont décidé de former un groupe. Le quintette présente aujourd’hui un premier mini-album de 6 titres, incluant le premier extrait, l’excellente « Cold Water ». Ils nous offrent un son folk rock plutôt indie qu’ils appellent eux-même « Rocky Mountain Desert Rock ». Les Blue Sky Miners représentent la crème du nouveau mouvement folk à Toronto. Il faudra assurément les surveiller de près dans les années à venir. (décembre 2015)

 Buzz – Preludes & Rhapsodies

Buzz Preludes & Rhapsodies

Buzz est un quintette de cuivres montréalais qui a été fondé en 2002 et qui n’a pas sorti d’albums depuis six ans. Il nous arrive aujourd’hui avec Preludes & Rhapsodies qui reprend des classiques de Liszt, Debussy, Gershwin et Brahms, mais avec un éclairage nouveau, un style unique. Buzz s’offre la plus totale des libertés dans l’interprétation de ces six œuvres qui bénéficiaient déjà d’une certaine liberté par définition, contrairement à d’autres œuvres classiques comme le concerto ou la sonate. Le talentueux quintette est appuyé par Valérie Milot à la harpe et Matt Herskowitz au piano. (décembre 2015)

Fidelio / SIX

½

 

 Caveboy – Caveboy EP

Caveboy Caveboy EP

Caveboy est un trio féminin de Montréal qui offre une musique indie pop à tendances électro et dream pop. Elles présentent un mini-album de 6 pièces totalisant 22 minutes, une excellente carte de visite pour ce très bon groupe. Le mini-album présente une musique rafraîchissante et extrêmement agréable à écouter, et ce en toutes occasions. Voici donc un groupe à découvrir et dont il faudra surveiller le premier album complet. (décembre 2015)

Vidéoclips : « In the Grottos » - « Something Like Summer »

½

 

 Céleste – Céleste

CélesteCéleste

La jeune artiste franco-ontarienne Céleste Lévis a ébloui par sa voix unique lors de la dernière édition de La Voix. Elle nous offre maintenant son premier album, réalisé par David Laflèche, qui l’a accompagnée depuis son aventure télévisuelle. Céleste signe à elle seule les paroles et la musique de six des 13 titres offerts, en plus de participer à la musique de « Rêve » avec Laflèche, une chanson offerte par Mathieu Lippé. Les autres collaborateurs à l’écriture sont Andréa Lindsay et Luc De Larochellière (« Larmes de cendres »), Martine Pratte et Richard Séguin (« Ma façon à moi »), Vincent Vallières (« Cinq ans sans nouvelles »), David Fleury (« Adieu, à demain »), ainsi que Lynda Lemay (« Trouvez-moi belle »). Elle reprend aussi le classique de Léo Ferré « Avec le temps ». Non seulement sa voix basse et profonde nous enchante rapidement, mais Céleste peut en plus compter sur des arrangements musicaux de première qualité qui embellissent encore plus l’ensemble pop à tendance folk. Parmi les quatre finalistes de La Voix III, c’est très certainement Céleste qui présente l’album le plus solide, équilibré et intéressant. (décembre 2015)

Tandem

½

   

 Chic Gamine – Light a Match

Chic Gamine Light a Match

Les Manitobaines de Chic Gamine sont de retour avec un troisième album d’indie pop, avec aussi de bons moments de rock énergique, comme la pièce d’ouverture, « All Night ». Les influences de Motown et des années 1960 disparaissent pratiquement sur Light a Match qui s’avère un album beaucoup plus contemporain. Il faut dire que cinq ans se sont écoulés depuis leur dernière parution, sans oublier le départ d’Ariane Jean et l’arrivée du multi-instrumentiste Benoit Morier, ce qui explique peut-être en partie ce changement de cap. Le groupe se réinvente assurément avec Light a Match, mais chose certaine, c’est pour le mieux. Une très belle évolution pour Chic Gamine! (décembre 2015)

½

   

Les Cowboys Fringants – Octobre

Les Cowboys FringantsOctobre

Après quatre ans d’absence sur disque, le temps de faire des bébés, les Cowboys Fringants sont de retour avec leur neuvième album. Le groupe y fait un retour aux sources avec plus de chansons engagées. Par contre, les Cowboys semblent encore moins subtils qu’auparavant côté textes. Des rimes faciles viennent envelopper leurs dénonciations sociales souvent gratuites. Ils ne disent pas tout haut ce que tout le monde pense tout bas; ils disent tout haut ce que tout le monde dit déjà tout haut de toute façon… Plus professionnels qu’auparavant, ils ont embauché les réalisateurs Gus Van Go et Werner F, question de les encadrer quelque peu. Le groupe explore certains territoires inédits, avec des moments de hard rock et même d’un punk à la Bérurier Noir. Sans égaler leurs meilleurs albums à ce jour, les fans y trouveront leur compte à un moment ou un autre avec des chansons plaisantes à entonner en chœur. (décembre 2015)

La Tribu

½

 Lou Doillon – Lay Low

Lou Doillon Lay Low

Fille de Jane Birkin et demi-sœur de Charlotte Gainsbourg, Lou Doillon baigne dans la musique et le cinéma depuis sa plus tendre enfance. Après l’excellent Places en 2012, elle présente son deuxième album avec Lay Low. Elle offre une musique rock alternative plutôt adulte avec une forte tendance pop en plusieurs occasions, un son folk à la Joni Mitchell, ainsi que des influences rétro qui nous ramènent dans les années 1960. L’album de 11 titres ne totalise malheureusement que 32 minutes, ce qui est bien peu pour apprécier tout le talent et l’originalité de Lou Doillon. (décembre 2015)

Universal

½

   

 Arielle Dombasle & The Hillbilly Moon Explosion – French Kiss

Arielle Dombasle & The Hillbilly Moon Explosion – French Kiss

Pour son nouvel album, la chanteuse française Arielle Dombasle s’associe au groupe The Hillbilly Moon Explosion pour offrir un disque à saveur rockabilly, totalement en anglais. Le groupe suisse démontre déjà depuis un certain temps sa passion pour la musique des années 1950 et il faut avouer que la fusion avec Arielle Dombasle se fait plus naturellement qu’on l’aurait cru. Les 12 chansons offertes, dont le succès « Chick Habit » paru précédemment, brossent un excellent portrait de l’Amérique des années 1950. Mais surtout, ce sont toutes des pièces entraînantes et divertissantes qui réussiront assurément à capter rapidement votre attention. (décembre 2015)

DEP / Universal

   

 Ludovico Einaudi – Elements

Ludovico Einaudi Elements

Deux ans et demi après le succès international d’In a Time Lapse, le compositeur et pianiste italien Ludovico Einaudi est de retour avec Elements. L’album en 12 morceaux présente un excellent mélange entre musiques néoclassique, new age et électronique. En plus du piano, on peut y entendre des cordes, percussions, guitares et instruments électroniques. À ses musiciens habituels, il ajoute l’ensemble à cordes néerlandais Amsterdam Sinfonietta, le musicien électronique berlinois Robert Lippok, les percussionnistes de la Parco della Musica de Rome, le percussionniste brésilien Mauro Refosco et le violoniste sud-africain Daniel Hope. Le disque se présente comme une suite qui s’enchaîne magnifiquement en un seul et même concept. Voici donc une nouvelle œuvre plus que réussie pour Ludovico Einaudi. (décembre 2015)

Ponderosa / SIX

½

 

Eli et Papillon – Colorythmie

Eli et Papillon Colorythmie

Trois ans après leur premier album, le duo d’Elise Larouche et Marc Papillon-Ferland revient avec un album plus lumineux, un album pop festif et dansant. Les textes d’Elise sont magnifiquement mis en musique par Papillon, qui assure aussi la réalisation du disque à tendance électro-pop. Certains rythmes rappellent la musique house (« Dans la danse »), alors que d’autres prennent une tangente urbaine (« Gratte-ciel » avec Sarahmée). Le duo propose un premier extrait accrocheur et ensoleillé avec « Ensemble ». Voici un album rafraîchissant et positif, un album qui fait du bien! (décembre 2015)

Maisonnette

½

 EL VY – Return To the Moon

EL VY Return To the Moon

EL VY est un duo formé de Matt Berninger (The National) et Brent Knopf (Ramona Falls, Menomena). Sur ce premier album que les deux amis mijotent depuis des années, ils nous proposent une musique quelque peu minimaliste, mais avec de très bonnes mélodies, à l’image de l’efficace chanson-titre. Malgré l’aspect minimaliste du disque, on y retrouve de très beaux arrangements qui, même s’ils sont discrets, viennent enrichir agréablement l’ensemble. Sans être facile d’accès pour un large auditoire, Return To the Moon contient quelques très bonnes chansons accrocheuses. Le duo a déjà annoncé son intention de revenir rapidement avec un nouvel album, et il faudra le surveiller de près. (décembre 2015)

4AD

 

 Emilie & Ogden – 10 000

Emilie & Ogden 10 000

Emilie Kahn est une Montréalaise qui propose une musique indie folk avec quelques tendances jazz. Elle forme un duo avec Ogden, qui est en fait sa harpe… Et c’est très juste de considérer Ogden comme un membre à part entière du duo puisque que la harpe semble être une véritable extension d’Emilie plutôt qu’un simple instrument. Emilie signe tous les textes et musiques de ce premier album. Il contient deux pièces parues sur un précédent mini-album, « Babel » et « Long Gone », mais elles ont été réarrangées pour 10 000. Voici un très bon disque par un duo unique! (décembre 2015)

Vidéoclip : « What Happened »

Secret City / SIX

½

   

 Final State – C’est la vie

Final State C’est la vie

Après deux mini-albums et plusieurs extraits radio, le quatuor pop rock de Québec présente enfin un album complet, réalisé par John Nathaniel (Marie-Mai, Marc Dupré). C’est la vie est un album de 11 titres totalement en anglais qui présente des mélodies efficaces sur une musique rock accessible qui s’adresse à un vaste auditoire, à l’image du premier extrait, « Part of the Rain ». Sans révolutionner le genre, ils possèdent assurément ce qu’il faut pour connaître beaucoup de succès. (décembre 2015)

Vega

½

 

 Floating Points – Elaenia

Floating Points Elaenia

Sam Shepherd est un réalisateur et DJ britannique qui aime fusionner les genres. Déjà connu en tant que DJ pour ses montages post-dubstep et house, il présente un tout autre style sur ce premier album sous le pseudonyme de Floating Points. On y retrouve un amalgame électronique expérimental entre nouveau jazz, dubstep et techno ambiant. Majoritairement instrumental, avec des voix qui ne viennent qu’ajouter à l’ambiance, Elaenia se veut avant tout un exercice de styles au cours duquel Shepherd fait différents essais pour en arriver à un mélange de sons hors du commun. Sans être véritablement dansant, l’album offre tout de même sa part de passages entraînants. Mais il s’agit avant tout d’une musique d’ambiance très contemporaine. Floating Points nous offre un premier album extrêmement créatif et d’une grande richesse musicale. (décembre 2015)

Luaka Bop

½

   

 Half Moon Run – Sun Leads Me On

Half Moon Run Sun Leads Me On

Le quatuor montréalais est de retour avec son très attendu deuxième album. Le groupe indie rock à tendance folk propose encore une fois un solide album, qui a été écrit entre Montréal et un voyage de surf dans le sud de la Californie. Ces influences diverses s’entendent rapidement alors que le groupe peut passer d’une musique pop de chambre aérienne avec des touches d’électro à une musique rock ou folk un peu plus enracinée. Il y a bien quelques longueurs un peu lassantes dans la deuxième moitié du CD, mais l’album se termine agréablement avec leur premier extrait entraînant, « Trust ». Dans l’ensemble, Sun Leads Me On est un album plus équilibré que leur premier essai, avec différents styles mais cimentés par une excellente ligne directrice. (décembre 2015)

Vidéoclip : « Turn Your Love »

Indica / Glassnote / Universal

½

   

 Les Hôtesses d’Hilaire – Touche-moi pas là

Les Hôtesses d’HilaireTouche-moi pas là

Le groupe rock acadien présente son troisième album, toujours empreint d’humour et de légèreté. Les Hôtesses d’Hilaire sont fortement influencés des années 1970 avec un rock à tendance psychédélique assurément disjoncté. Créée en 1972 dans la cave à Hilaire Brideau, la troupe prend son envol dans les années 2000 autour du chanteur et guitariste Serge Brideau. À travers des personnages loufoques, le quintette critique la société d’aujourd’hui avec véhémence, bizarrement sur une musique qui appartient à une autre époque. Le parallèle le plus évident demeure Aut’ Chose, mais on y trouve aussi des influences de Pink Floyd, The Doors et même Frank Zappa. (décembre 2015)

L-A be / SIX

 

 Angélique Ionatos – Reste la lumière

Angélique IonatosReste la lumière

Après 40 ans de carrière, la guitariste et chanteuse grecque revient avec un nouvel album exceptionnel. Elle est accompagnée pour l’occasion par des musiciens de premier plan dont Gaspar Claus (violoncelle), Cesar Stroscio (bandonéon), ainsi que sa fidèle collaboratrice Katerina Fotinaki. Reste la lumière est entièrement basé sur des poèmes grecs empreints de mélancolie, surtout considérant la situation de son pays. La voix et la guitare d’Angélique contribuent grandement à nous procurer ce sentiment de tension extrêmement poignant. Il s’agit assurément d’un disque sombre, mais la force qu’il dégage amène une bonne dose d’espoir. Angélique Ionatos présente un album solide sur lequel elle sait démontrer plus que jamais son immense talent d’interprète. (décembre 2015)

 Tom Jackson – Ballads Not Bullets

Tom Jackson Ballads Not Bullets

L’acteur, chanteur et philanthropiste Tom Jackson présente son nouvel album, Ballads Not Bullets, pour lequel une partie des revenus sera remise à la Croix-Rouge canadienne. L’album contient 10 pièces pour un total de moins de 34 minutes. Tel qu’annoncé par le titre, on y trouve bon nombre de ballades, mais aussi des chansons folk parlées et quelques pièces un peu plus énergiques de pop rock adulte. On retrouve bien peu d’éléments intéressants sur ce disque, mis à part que ses profits vont à une bonne cause. (décembre 2015)

Tomali / Universal

 Anik Jean – Lost Soul

Anik Jean Lost Soul

Pour son nouvel album, un premier totalement en anglais, Anik Jean ralentit dangereusement le rythme avec une musique souvent sombre. Les très beaux arrangements de violon et piano amènent aussi une bonne dose de tristesse et de mélancolie. En plus, il faut attendre la quatrième pièce, « Absinthe My Love », pour retrouver un riff de guitare digne de la rockeuse. Cela dit, le style qu’adopte Anik sur Lost Soul lui sied plutôt bien et fait ressortir encore plus son côté mystérieux. Le premier extrait, « Closer », met en vedette le chanteur Richard D’Anjou (Too Many Cooks), et c’est d’ailleurs le guitariste Dan Georgesco (Too Many Cooks, Porn Flakes) qui joue la plupart des guitares sur l’album, Anik en jouant elle-même aussi. À noter également la participation de Jason Rockman (Slaves on Dope) pour la pièce « Change Your Mind », le moment le plus lourd de l’album et de loin. Anik nous offre une deuxième partie à son succès « Mon Chéri ». Puis l’album se conclut avec une version radio de la ballade « Closer ». C’est un très bon disque que nous propose encore une fois Anik Jean, mais un album qui demandera une certaine adaptation de la part de ses fans. (décembre 2015)

½

   

 Les Jumelles Barabé – Réflexion

Les Jumelles BarabéRéflexion

Les jumelles qui ont fait tant jaser lors de la première édition de La Voix en 2013 nous arrivent avec un premier album, après des mois de travail. Sabrina et Stéphanie se sont entourées de nombreux collaborateurs de renom dont Marc Dupré (leur coach), Nelson Minville, France D’Amour, Christian Marc Gendron (avec qui elles chantent en trio), Richard Turcotte, Étienne Drapeau, et plusieurs autres. Les jumelles écrivent aussi quelques textes et musiques, dont la chanson-titre. En plus des 10 pièces originales, les jumelles Barabé présentent en boni leur version du classique de Bette Midler, « The Rose », interprété lors des auditions à l’aveugle à La Voix. Réalisé par Guy Tourville, Réflexion propose essentiellement des chansons d’amour positives qui s’adressent à un public de tous âges. Évidemment, ce sont les harmonies vocales parfaites des jumelles qui les font se démarquer rapidement dans le paysage pop québécois. (décembre 2015)

Productions Clés

   

 Mathieu Langevin – Sauve-toi pas

Mathieu LangevinSauve-toi pas

Le jeune auteur-compositeur et interprète de Maniwaki s’est fait remarquer lors de son passage à La Voix III, alors que tous se sont retournés pour lui aux auditions à l’aveugle. Mathieu Langevin lance maintenant son premier album produit de façon indépendante sur lequel il présente un authentique son folk à tendance pop. C’est définitivement lorsqu’il s’accompagne à la guitare acoustique qu’il est le plus à l’aise, ce qu’il fait tout au long de l’album, même si plusieurs des chansons de Sauve-toi pas bénéficient d’arrangements plus complets qu’une simple guitare-voix. Langevin peut compter sur quelques collaborateurs de renom pour l’appuyer à l’écriture comme Hugo Perreault, Richard Séguin, Steve Veilleux, Pascal Dufour et Roger Tabra. Le jeune homme surprend par son aplomb et son naturel, et ce premier album confirme son immense talent. (décembre 2015)

½

   

 Demi Lovato – Confident

Demi Lovato Confident

La chanteuse du Texas nous arrive déjà avec un cinquième album depuis ses débuts en 2008 alors qu’elle était âgée d’à peine 16 ans. Plus confiante que jamais, elle a maintenant le parfait contrôle sur sa carrière, et ça s’entend sur Confident. Elle présente un solide mélange de pop dansante, de pop rock, de R&B et d’électro pour possiblement son meilleur assemblage de chansons à ce jour. Elle peut compter sur des réalisateurs de renom comme Max Martin et Steve Mac, et on peut certainement la comparer à plusieurs autres chanteuses contemporaines comme Katy Perry et Beyoncé. Par contre, Demi semble établir de plus en plus son propre style et démontrer sa personnalité. Ses collaborations avec Iggy Azalea et Sirah ne sont pas les plus réussies et c’est seule qu’elle peut totalement s’affirmer. Il manque peut-être quelques bombes commerciales à l’album pour le pousser au sommet, mais l’ensemble s’écoute magnifiquement bien. La version de luxe ajoute quatre titres aux 11 de l’album, dont deux remix de son succès « Cool For the Summer ». (décembre 2015)

Vidéoclips : « Cool For the Summer » - « Confident » - « Waitin’ For You » (feat. Sirah)

Hollywood / Island / Universal

½

   

 Le Matos – Chronicles of the Wasteland / Turbo Kid Original Motion Picture Soundtrack

Le Matos Chronicles of the Wasteland / Turbo Kid Original Motion Picture Soundtrack

Le Matos est un duo montréalais formé de Jean-Philippe Bernier et Jean-Nicolas Leupi. Après un premier album en 2013, Join Us, ils reviennent avec un album double. Chronicles of the Wasteland est en fait une version réarrangée de la bande sonore originale du film post-apocalyptique Turbo Kid du trio de réalisateurs RKSS paru en 2015. On y trouve des sonorités vieillottes de synthétiseurs qui nous ramènent à une musique pop d’antan, tout de même bien dansante. Par contre, il faut surtout comprendre qu’il s’agit ici d’un album-concept prévu pour accompagner un film et en ce sens, l’album est très réussi. On arrive presque à deviner l’essence du film et certaines séquences, et ce sans même l’avoir vu. À noter la seule performance vocale du disque par Pawws pour l’excellente « No Tomorrow ». Évidemment, avec plus de deux heures de musique, l’album double risque de devenir redondant et le manque d’originalité vous rattrapera assurément. Mais, il s’agit tout de même d’un album intéressant dans le genre, avec de nombreux passages agréables et entraînants. (décembre 2015)

Fantôme / SIX

 

 King Melrose – Bleu

King MelroseBleu

Sébastien Côté (alias King Melrose) présente son deuxième album, transporté par le succès de « Ne me laisse pas tomber » qui a envahi les radios tout l’été. Il propose à nouveau un excellent mélange de pop, soul et R&B pour une musique rafraîchissante et ensoleillée. Réalisé par Toby Gendron, Bleu inclut la participation d’Ima (pour le duo « You and Me »), ainsi que celles d’Alexandre Poulin et Frédérick Baron à l’écriture. C’est un très bon disque que nous offre King Melrose, mais son principal défaut est d’être trop court avec seulement 10 pièces totalisant moins de 33 minutes. (décembre 2015)

Vidéoclip : « Ne me laisse pas tomber »

Tandem

½

   

 Joanna Newsom – Divers

Joanna Newsom Divers

La chanteuse indie folk californienne présente un très solide quatrième album, malgré sa voix haute qui semble toujours fragile. Elle offre un excellent mélange de folk traditionnel, de musique de chambre remontant au 18e siècle et de pop des années 1970. Le seul moment s’apparentant au rock arrive à la troisième piste, « Leaving the City ». Le reste est plutôt varié et dense avec de nombreux moments de musique médiévale auxquels sa voix unique se prête parfaitement. Si sa carrière pouvait se résumer jusque là à l’album Ys, Divers devient aujourd’hui une œuvre majeure à son répertoire. (décembre 2015)

Drag City

½

 

 Eddie Paul – Panda-Monium

Eddie Paul Panda-Monium

Issu de la scène blues rock montréalaise, l’auteur-compositeur et interprète Eddie Paul présente son tout premier album, réalisé par Seb Black. Assez varié, l’album de 11 titres totalisant moins de 40 minutes inclut plusieurs chansons avec un bon potentiel commercial. C’est le cas entre autres pour l’excellente « The Warning Song », qui nous arrive comme une bouffée de fraîcheur dès la deuxième piste, ainsi que pour la chanson-titre qui suit ensuite. (décembre 2015)

Emery Street / Outside

 

 Oxmo Puccino – La voix lactée

Oxmo PuccinoLa voix lactée

La voix lactée est le huitième album d’un artiste qui tente sans cesse de se renouveler. Maintenant quarantenaire, Oxmo Puccino veut nous faire voyager dans l’interstellaire. Qu’il soit conteur, rappeur ou chanteur, le poète nous offre un hip hop qui demeure positif. Coréalisée par Renaud Letang (Feist, Alain Souchon, Gonzales), La voix lactée a été entièrement conçue à deux. Il en résulte une œuvre unique dans le répertoire d’Oxmo Puccino, une œuvre qui ravira ses nombreux fans de partout dans la francophonie. (décembre 2015)

High Life

½

 

 Yannick Rieu – Da Li

Yannick Rieu Da Li

Sur son nouvel album, le saxophoniste et compositeur de renommée mondiale Yannick Rieu réalise une fusion entre musique jazz et musique traditionnelle chinoise, influencé par ses nombreux voyages dans ce vaste pays.  Rieu propose donc un hybride entre sonorités urbaines et du terroir en intégrant à sa musique des enregistrements croqués sur le vif au cours de ses voyages. On peut donc y entendre des instruments traditionnels chinois qui viennent contraster avec sa musique contemporaine. Si le mariage s’effectue généralement bien, on retrouve tout de même des exceptions quelque peu cacophoniques. C’est tout de même un bel exercice de styles. (décembre 2015)

Song / SIX

 Rosa – Rosa

RosaRosa

Née à Montréal de parents italiens et maintenant établie à Shediac au Nouveau-Brunswick, Rosa Laricchiuta s’est fait remarquer lors de la dernière édition de La Voix où elle a atteint la finale dans l’équipe d’Éric Lapointe. Elle se définit elle-même comme la version féminine de Lapointe et a su le prouver lors de ses performances toujours énergiques. Sur ce premier album, l’interprète de 41 ans nous livre un son rock avec de bonnes mélodies pop. Il n’y manque que quelques pièces vraiment énergiques après la pièce d’ouverture, « Bête de scène ». Aussi, avec seulement neuf pièces totalisant moins de 35 minutes, on aurait certainement apprécié quelques morceaux additionnels pour rendre l’album vraiment complet, surtout qu’on n’y retrouve rien de ses performances à La Voix. (décembre 2015)

S7

   

Bill Ryder-Jones – West Kirby County Primary

Bill Ryder-Jones West Kirby County Primary

un texte de Jean Jean (Rocklegends)

Bill Ryder-Jones est un artiste discret mais pas inconnu. Il est l’un des co-fondateurs (à l’âge de 13 ans!) et ex-guitariste de l’excellente formation britannique The Coral. En 2008, il décide de s’émanciper pour mener une aventure solo. À 32 ans seulement, après une carrière déjà conséquente, il sort un troisième album lumineux, chargé d’une volée de chansons admirables qui rappelleront tour à tour les Strokes (« You Can’t Hide A Light With The Dark »), Elliott Smith (« Two To Birkenhead ») et Eels (« Let’s Get Away From Here »). Outre ces inspirations indéniablement respectables, Bill Ryder-Jones échafaude un album tout en nuances, très équilibré, bâti de pop brillante, de folk brumeux et d’artifices parfois bruitistes (les fantômes de Pavement ne sont pas loin). Le travail sur les ambiances, l’utilisation des instruments et notamment des strates de guitare, la voix grave, fragile et parfois tragique donnent une profondeur incroyable à l’ensemble. Tout ce décorum sert à merveille ses textes introspectifs et autobiographiques dont la maison familiale (et tous ses souvenirs) a servi de QG pour accomplir ce West Kirby County Primary. Au fil des écoutes, on est saisi par tant d’élégance, tant de sensibilité et tant de prouesses mélodiques qui aboutissent parfois sur quelques comètes qui mettent à genou dont le bijou « Satellites » et, entre autres, « Wild Roses » et « Daniel » . Petit détail qui a son importance, le disque est produit et fignolé par l’éminent James Ford (Last Shadow Puppets, Arctic Monkeys, Foals, …) dont on ne peut minimiser le rôle dans le perfectionnement de cette œuvre. Magistrale? (décembre 2015)

   

 Saltarello – Cliff of the Dawn

Saltarello Cliff of the Dawn

Saltarelllo est un duo de l’Abitibi formé de Julie Pomerleau et Luc Lafrenière. Cliff of the Dawn est leur sixième album qui propose une musique du monde, une musique trance nordique aux influences de différentes sonorités de la planète. Surtout, le groupe s’inspire des mythes scandinaves médiévaux et de l’ambiance mystique des cultures païennes européennes. Les voyages et les mémoires ancestrales semblent les passionner et ils savent très bien le transmettre en musique. En fait, le groupe réussit à faire le pont entre les cultures autochtones et leurs ancêtres en allant jusqu’à utiliser des instruments anciens. Les voix servent plus à créer une atmosphère qu’à raconter une histoire et l’ensemble est plutôt hypnotisant. Voici donc un album incomparable qui saura vous envelopper dans son univers particulier. (décembre 2015)

 St Germain – St Germain

St Germain St Germain

Après 15 ans d’absence sur disque, soit depuis l’excellent Tourist, Ludovic Navarre (alias St Germain) revient avec un nouvel album. Son style nouveau jazz fusionnant jazz et house est de retour, mais avec diverses influences de musiques du monde. Il intègre des rythmes et des chants du Mali et de l’Afrique de l’ouest avec des traces de blues et des guitares funky. Dans le cas de l’excellente « Real Blues », c’est un échantillonnage de Lightnin’ Hopkins qui fournit l’aspect blues, sur une musique house légère et addictive. Sur cet album éponyme, on retrouve en partie les éléments de jazz électro qui nous ont séduits sur Tourist, mais avec un peu plus de douceur et moins de rythmes dansants. Même si St Germain s’avère peut-être un peu moins innovateur qu’en 2000, il présente tout de même d’un excellent album qui devrait plaire à ses fans de longue date. (décembre 2015)

Parlophone / Warner

½

     

 Ian Fletcher Thornley – Secrets

Ian Fletcher Thornley Secrets

Après avoir dirigé les formations Big Wreck et Thornley, Ian Fletcher Thornley présente un premier album solo sur lequel les guitares deviennent acoustiques et la musique, introspective. Il met ici l’accent sur ses textes et sa voix qui s’avère d’ailleurs bien agréable dans ce contexte. Il ne propose rien de moins que 13 titres totalisant 58 minutes. Même si on peut y trouver quelques longueurs, Secrets présente plusieurs chansons de très grande qualité, le rendant agréable à écouter jusqu’au bout. (décembre 2015)

Anthem / Warner

 

 Thus Owls – Black Matter

Thus Owls Black Matter

Le duo montréalais prend une nouvelle direction musicale sur ce mini-album de six titres totalisant presque 30 minutes. Simon et Erika ont d’abord entrepris d’écrire seulement quelques chansons avant de se retrouver avec un album presque complet. Black Matter présente une musique plus minimaliste à la première approche, mais avec différents ajouts qui en font une musique plutôt riche au final. La contribution des batteurs Liam O’Neill (Suuns) et Stefan Schneider (Bell Orchestre, Luyas) s’avère passablement importante, sans oublier les arrangements de cordes de Daniel Bjarnason (Sigur Ros, Ben Frost). Avec Black Matter, Thus Owls présentent une musique pop expérimentale plutôt sombre et lente, mais dont la richesse impressionne. (décembre 2015)

Vidéoclip : « Black Matter »

Secret City / SIX

½

Les Trois Accords – Joie d’être gai

Les Trois AccordsJoie d’être gai

Pour son cinquième album, le groupe québécois revient à un son rock énergique, quelque part entre les Beatles et le grunge des années 1990. Comme c’est le cas avec la chanson-titre, on se retrouve à entonner avec eux leurs paroles plus stupides et absurdes les unes que les autres. Et ne leur demandez pas la signification de leurs textes puisqu’ils ne le savent assurément pas… Mais leur musique est entraînante et leurs mélodies sont toujours plaisantes à chanter, et ce n’est pas là la recette du succès? D’ailleurs les hits s’accumulent parmi les 10 titres de l’album et parions que plusieurs défileront dans les radios au cours des prochains mois. Avec seulement 36 minutes, Joie d’être gai s’écoute sans difficultés et avec beaucoup de plaisir jusqu’à la fin. Voici quelques titres en vrac pour vous faire sourire : « J’épile ton nom », « St-Bruno (Nuit de la poésie III) », « Top bronzés », « J’ai un massage pour toi », « Non toi raccroche » et « C’est pas facial ». (décembre 2015)

La Tribu

½

 Ty Dolla $ign – Free TC

Ty Dolla $ign Free TC

Le rappeur de Los Angeles lance son premier album mélangeant un rap aux rimes efficaces et du R&B. Souvent comparé à Future, celui-ci participe d’ailleurs à l’album, tout comme une panoplie d’artistes allant de Brandy à Kanye West en passant par Kendrick Lamar, Wiz Khalifa, Babyface, Trey Songz, Diddy, R. Kelly, et plusieurs autres. C’est donc tout un alignement sur lequel peut compter ce nouveau venu de la scène hip hop américaine. Sur Free TC, Ty Dolla $ign présente plusieurs excellentes compositions, suffisamment variées pour conserver notre intérêt et souvent passablement créatives. Ses intrusions fréquentes dans une musique R&B lancinante font en sorte que plusieurs chansons nous forcent à suivre le rythme, en plus de nous rester en tête. C’est donc un disque très réussi qui nous est offert ici. (décembre 2015)

Vidéoclips : « Only Right » - « Blasé » - « When I See Ya » - « Saved »

Atlantic / Warner

½

   

 

NovembRE :

 

Janet Jackson – Unbreakable

Janet JacksonUnbreakable

Pour son premier album en sept ans, Janet Jackson est bien décidée à reprendre où elle avait laissé, et même d’aller un peu plus loin. Elle s’entoure de collaborateurs de renom comme Missy Elliott et J. Cole, avec Jimmy Jam et Terry Lewis, les auteurs-compositeurs derrière ses plus grands succès en carrière. Il en résulte un disque de premier plan, bien ancré dans son époque. La jeune sœur Jackson évite habilement le piège de revenir dans sa zone de confort qui a fait sa renommée dans les années 1980 et 1990. Elle présente une musique pop d’une grande efficacité avec de très bonnes mélodies et une belle énergie dansante. Il n’y manque peut-être qu’un peu plus de soul pour ajouter de l’émotion à l’album. Aussi, avec 17 titres totalisant 64 minutes, le CD s’avère un peu long et il aurait pu être amputé de quelques morceaux moins réussis. L’ensemble demeure tout de même très honnête pour Janet Jackson qui n’a certainement pas à rougir d’Unbreakable, peut-être son meilleur album depuis Janet il y a 22 ans. (chronique principale de novembre 2015)

Vidéoclips : « No Sleeep » (feat. J. Cole) – « BURNITUP! » (feat. Missy Elliott)

Rhythm Nation / BMG / Universal

½

     

               

Andra Day – Cheers To the Fall

Andra DayCheers To the Fall

Andra Day est une chanteuse soul rétro de San Diego en Californie. Après avoir contribué à l’album en hommage à Nina Simone, Nina Revisited, avec sa version de « Mississippi Goddamn », elle présente son tout premier album. On peut rapidement la comparer à Amy Winehouse et Alice Smith, le tout dans un style très traditionnel de soul / R&B. Elle a coécrit chacune des 13 chansons de l’album dont plusieurs sont des ballades. Les pièces qui se démarquent sont par contre un peu plus énergiques : « Gold » et « Mistakes ». La voix plutôt versatile et dynamique d’Andra Day nous permet d’apprécier même les morceaux qui pourraient sembler moins intéressants au premier abord. Il en résulte un album complet et plaisant à écouter jusqu’à la fin. (découverte du mois de novembre 2015)

Vidéoclip : « Forever Mine »

Warner

½

   

 Bryan Adams – Get Up

Bryan AdamsGet Up

Get Up est le treizième album studio du Canadien Bryan Adams, le tout en 35 ans de carrière. Pour l’occasion, il renoue avec son collaborateur de longue date Jim Vallance, avec qui il a coécrit la majorité de ses plus grands succès dans les années 1980. Autre ajout important : le réalisateur Jeff Lynne. Il en résulte un album énergique qui surprend dès la pièce d’ouverture, « You Belong To Me », par son côté rock ‘n’ roll. Adams semble s’être amusé comme un petit fou pendant l’enregistrement du disque qui ne contient malheureusement que neuf chansons originales auxquelles on ajoute quatre versions acoustiques des meilleures pièces. Malgré l’ajout de ces enregistrements acoustiques, le CD franchit à peine les 36 minutes, une somme bien insuffisante pour un album digne de ce nom. Avec Get Up, Bryan Adams nous offre de bien bonnes chansons, mais il aurait fallu en ajouter quelques-unes pour réussir à nous satisfaire totalement. (novembre 2015)

Vidéoclips : « You Belong To Me » - « Brand New Day »

Polydor / Universal

   

Bernard Adamus – Sorel Soviet So What

Bernard AdamusSorel Soviet So What

Pour son troisième album, il n’était pas question que Bernard Adamus fasse des compromis. Toujours aussi cru et direct, Sorel Soviet So What ne prend pas bien des détours pour présenter ce que pense Adamus. Et s’il faut sacrer pour appuyer le sujet, allons-y à 100 %. Adamus propose encore une fois une excellente musique folk rock à tendance traditionnelle ou grivoise, avec un peu de country et de blues. La principale différence cette fois est qu’il a réussi à capter l’attention des radios et des télévisions avec le premier extrait, « Hola les lolos », une chanson pas plus politiquement correcte pourtant. L’album a été enregistré live en studio et ce son direct du studio fait maintenant partie intégrante du style de Bernard Adamus. Sorel Soviet So What est plus festif que son précédent et demeure extrêmement divertissant jusqu’à la fin. Un très bon disque! (novembre 2015)

Grosse Boîte

½

 

 Ari Cui Cui – Mijote un voyage

Ari Cui CuiMijote un voyage

Ariane Gauthier (alias Ari Cui Cui) présente aux enfants un nouvel album sous le thème du voyage. Elle y propose un tour du monde qui passe par le Japon, l’Australie et le Mali, mais aussi par un tour en ballon et du camping dans sa propre maison. Réalisé de main de maître par Sébastien « Watty » Langlois et Matt Laurent, Mijote un voyage propose une musique de qualité que les enfants auront en tête longtemps. (novembre 2015)

PML

½

 

Susie Arioli – Spring

Susie ArioliSpring

La chanteuse jazz montréalaise est de retour avec un nouvel album, mais cette fois-ci, elle révèle enfin son talent d’auteure-compositrice grâce à quatre chansons de son cru. Elle présente des rythmes vifs interprétés par des musiciens de premier plan dirigés par le multi-instrumentiste et arrangeur Don Thompson. Fidèle à son habitude, elle offre plusieurs standards du jazz en y ajoutant sa touche personnelle. L’énergie que l’on retrouve tout au long du CD laisse croire que le plaisir fut immense en studio lors des enregistrements. Avec Spring, Susie Arioli donne à ses fans et à tout amateur de jazz une musique positive et divertissante. Il s’agit possiblement de l’un de ses meilleurs enregistrements à ce jour. (novembre 2015)

Spectra / SIX

½

Joe Bocan – Dis-moi Joséphine

Joe BocanDis-moi Joséphine

Il y a 40 ans disparaissait la chanteuse française Joséphine Baker et pour souligner cet anniversaire, la Québécoise Joe Bocan se fond dans la peau de la légende pour reprendre 14 de ses classiques, ainsi qu’une version radio de « J’ai deux amours », en duo avec Dominique Fils-Aimé. Après des débuts fracassants à Paris en 1925, la Baker a été reconnue comme la première star noire mondialement connue et a influencé toute une société, avant Marilyn Monroe, Madonna ou Lady Gaga. Non seulement Joe Bocan lui rend un très bel hommage, mais elle devient littéralement Joséphine Baker pendant les 42 minutes de Dis-moi Joséphine. (novembre 2015)

MP3

½

Simon Boudreau – Devant les possibles

Simon BoudreauDevant les possibles

C’est en vélo festif dans les rues du Plateau-Mont-Royal à Montréal que Simon Boudreau a lancé son nouvel album, à la grande surprise des passants. Avec Devant les possibles, Boudreau présente un excellent album folk à tendance traditionnelle, avec en boni des mélodies pop inoubliables. Plusieurs chansons possèdent en effet cet élément accrocheur pour nous rester dans « la mémoire longtemps » comme il le dit si bien lui-même dans « La mémoire ». Devant les possibles contient en plus deux succès numéro 1 : « Fleur bleue » et « La trotteuse ». C’est un superbe album que nous propose l’auteur-compositeur et interprète, un disque de premier plan et inspiré sans grandes faiblesses. (novembre 2015)

Vidéoclips : « Fleur bleue » - « La trotteuse »

Audio Playground / Sony

½

 

 

Nicolas Boulerice Maison de bois

Nicolas Boulerice est l’un des fondateurs du groupe traditionnel Le Vent du Nord avec qui il chante depuis 13 ans. Maison de bois est son premier album solo, un disque dépouillé essentiellement piano-voix avec seulement quelques accompagnements de basse et batterie, ainsi que la voix de Mia Lacroix. On y trouve douze chansons bien personnelles et poétiques qu’il a mises de côté depuis une vingtaine d’années. Le côté intimiste de l’album contraste véritablement avec la musique festive du Vent du Nord et est beaucoup moins destiné à la scène. Il s’agissait avant tout pour Nicolas Boulerice de réaliser un projet studio qu’il caressait depuis longtemps. (novembre 2015)

SIX

 Cecilia String Quartet – Mendelssohn, Op. 44, Nos 1, 2

Cecilia String Quartet Mendelssohn, Op. 44, Nos 1, 2

Les trois quatuors à cordes de l’opus 44 de Mendelssohn ont été complétés en 1838, alors que sa réputation était en hausse. Le « Quatuor à cordes en ré majeur, op. 44, no 1 » a été le premier publié, mais le dernier complété. Quant au « Quatuor à cordes en mi mineur, op. 44, no 2 », il a été le premier complété. Ces deux superbes concertos sont interprétés magnifiquement par le quatuor à cordes Cecilia, l’ensemble en résidence à la faculté de musique de l’Université de Toronto. (novembre 2015)

Analekta

 

 

Les ChiclettesVoyage à trois

Les Chiclettes sont un trio féminin franco-ontarien formé de Nathalie Nadon, Julie Kim Beaudry et Geneviève Cholette. Elles présentent leur deuxième album dans un style jazz pop qui s’inspire de Ray Charles à ses débuts et des Andrews Sisters dans les années 1940. Enregistré à Toronto, Voyage à trois contient neuf pièces dont six chansons originales. Leurs textes audacieux sont totalement assumés, et elles n’hésitent aucunement à parler de l’homme macho jusqu’à le rabaisser, thème principal du disque. Leur énergie et leurs harmonies vocales exceptionnelles, jumelées à leur immense pouvoir de séduction, rendent l’album totalement irrésistible et très divertissant, même s’il est beaucoup trop court avec seulement 28 minutes. (novembre 2015)

SIX

 Chris Cornell – Higher Truth

Chris CornellHigher Truth

Après un virage pop plutôt raté en 2009 sur Scream, l’ex-chanteur de Soundgarden reprend graduellement ses esprits. Pour Higher Truth, il a demandé les services du réalisateur Brendan O’Brien (Pearl Jam, Soundgarden, Korn, Stone Temple Pilots, Rage Against the Machine, The Black Crowes). Cornell propose un son rock alternatif assez doux, avec quelques moments de pop baroque, une musique beaucoup plus intéressante d’un point de vue créatif que l’électro-pop ratée de Scream. Les arrangements demeurent subtils tout en étant riches, et plusieurs chansons ont une atmosphère presque acoustique, une atmosphère enveloppante et chaleureuse. Malgré 15 titres totalisant plus de 62 minutes, Higher Truth contient une belle ligne directrice et s’écoute avec bonheur jusqu’à la fin. Une belle surprise! (novembre 2015)

Vidéoclip : « Nearly Forgot My Broken Heart »

Universal

½

   

 The Dead Weather – Dodge and Burn

The Dead WeatherDodge and Burn

Le supergroupe de Jack White avec Alison Mosshart (The Kills) au micro est de retour avec son troisième album. Le groupe repousse quelque peu les barrières sur ce troisième essai avec des chansons plus agressives que jamais nous ramenant au métal des années 1970 ou au grunge des années 1990. Alison n’a plus rien de son sex appeal avec une voix plus sauvage que jamais. Et ce côté sale de Dead Weather est bien loin d’être désagréable, au contraire! On a plutôt l’impression que le quatuor a enfin trouvé son véritable terrain de jeu. Le groupe nous propose ses meilleures compositions à ce jour et il s’agit possiblement de l’un des projets parallèles les plus intéressants pour Jack White. (novembre 2015)

Vidéoclip : « I Feel Love (Every Million Miles) »

Third Man

½

   

Deafheaven – New Bermuda

DeafheavenNew Bermuda

Le groupe de black metal de San Francisco nous revient avec un troisième album, deux ans après l’excellent Sunbather. Cette fois-ci, Deafheaven ne présentent que cinq pièces, mais variant entre 8 et 10 minutes pour un total de 46 minutes tout de même. Des riffs et des rythmes recherchés rendent ce groupe unique, surtout en Amérique alors que le black metal trouve généralement son nid dans les pays scandinaves. Là où on retrouve la connexion avec le métal de la baie de San Francisco, c’est lorsque le groupe incorpore certains riffs et solos dignes des bonnes années de Metallica et compagnie, entre autres dans « Baby Blue ». New Bermuda est beaucoup moins expérimental que son prédécesseur, mais le groupe aime toujours explorer des genres qui n’ont rien à voir avec le métal, avec des rythmes et des atmosphères à faire sourciller les mordus de métal. Sans impressionner de la même façon qu’avec Sunbather, Deafheaven nous offrent à nouveau un excellent disque, d’une grande originalité! (novembre 2015)

Anti- / Epitaph

½

   

 Deerhunter – Fading Frontier

DeerhunterFading Frontier

Le groupe indie rock d’Atlanta nous arrive avec ce qui s’avère être l’un de ses albums les plus lumineux à ce jour. Pas nécessairement dans les termes abordés, mais certainement à travers ses mélodies accrocheuses et ses arrangements riches. En fait, Deerhunter présentent possiblement leur album le plus accessible en carrière. Et accessible ne veut pas du tout dire moins complexe. Même si on est bien loin du rock expérimental abordé précédemment, le son dream pop de Fading Frontier offre plus que son lot de subtilités et d’explorations musicales. Le groupe atteint le summum de l’accessibilité avec le premier extrait du disque, « Snakeskin », une pièce funky et tellement accrocheuse. En plus, en nous arrivant vers la fin de l’album, elle nous suit inlassablement après avoir complété l’écoute du CD. Voici un très bon disque, à la fois original et accrocheur! (novembre 2015)

Vidéoclip : « Snakeskin »

4AD

½

   

 Lana Del Rey – Honeymoon

Lana Del ReyHoneymoon

Pour son troisième album, Lana Del Rey prend une tangente très mélancolique, voire mélodramatique. Les chansons s’avèrent surtout introspectives avec une atmosphère profonde, lourde et chargée d’émotion. Les moments de hip hop que l’on pouvait entendre sur Born To Die sont complètement disparus, tout comme les éléments plus lumineux d’Ultraviolence. Honeymoon est plutôt centré sur sa voix avec de très beaux arrangements tout en douceur. Par contre, vers la moitié du CD, le plaisir diminue quelque peu et on prendrait bien un changement de rythme pour conserver l’intérêt. Malheureusement, avec 14 titres totalisant 65 minutes, Honeymoon met notre patience à rude épreuve, à moins de se retrouver conquis par la voix de la chanteuse. (novembre 2015)

Vidéoclip : « High by the Beach »

Interscope / Universal

   

 Dirty Ghosts – Let It Pretend

Dirty GhostsLet It Pretend

La chanteuse native de Toronto Allyson Baker a fait partie de Teen Crud Combo (groupe inspiré de Motörhead) avant de se réorienter au sein de Dirty Ghosts. Ils ont fait paraître leur premier album en 2012, Metal Moon, et les voici de retour avec leur deuxième enregistrement. Laissée à elle-même, Allyson a tout écrit elle-même pour ce nouveau disque autour des thèmes de l’isolation, l’incertitude et les mauvaises perceptions. Heureusement, elle a su trouver son alter ego en Tony Sevener, nouveau batteur du groupe. Leur style indie rock prend des allures un peu plus pop en certaines occasions et on peut les comparer à The Stranglers et à The Police. Sans nous renverser, Dirty Ghosts présentent un album énergique et plaisant à écouter. (novembre 2015)

Last Gang

   

Andie Duquette – Ton problème

Andie DuquetteTon problème

Après une présence remarquée à la première édition de La Voix par son énergie rock incomparable au Québec, Andie Duquette présente son premier album, un disque autoproduit. Avec Ton problème, l’auteure-compositrice et chanteuse de talent ne dénature en rien ses origines et ses influences de rockeuse. Elle présente en fait un son rock comme on n’entend pas si souvent en français. Il y a bien quelques références faciles à faire avec Marie-Mai dans certains morceaux pop rock. Par contre, pour une bonne partie du CD de 32 minutes, Andie pousse le rock à l’extrême avec plusieurs pièces résolument hard rock meublées par un mur de guitares et une énergie débordante. En réalité, elle va là où on aurait aimé voir Rémi Chassé par exemple. Parmi ses collaborateurs à l’écriture, notons John Nathaniel (Marie-Mai, Final State, Marc Dupré) et Bryan Levesque (PERKiNS). Sur Ton problème, Andie Duquette exploite sa voix au maximum et pourra assurément se défoncer sur scène avec des chansons aussi énergiques en poche. (novembre 2015)

½

 

Feu! Chatterton – Ici le jour (a tout enseveli)

Feu! Chatterton Ici le jour (a tout enseveli)

un texte de Jean Jean (Rocklegends)

Les mauvaises langues ont tendance à dire que notre France est un refuge à chanteuses et chanteurs de variété télévisuelle, une ruche à enfants de la télé(-réalité), un repère de chansonniers populaires que le rock fuit comme la peste. Tout n’est pas faux mais en surface seulement. Seuls Téléphone et Noir Désir ont gagné la consécration des plus grandes foules dans la durée. Mais derrière les fagots, sur la face cachée, des foules d’activistes œuvrent ardemment à sortir la France de cette nébuleuse d’insipidité. Feu! Chatterton sont de ceux-là. Guidés par des influences en or (Noir Désir, Gainsbourg, Bashung, Radiohead… tous des purs créateurs), les parisiens ont embrasé la toile et les salles à taille humaine depuis leur premier EP de 4 titres sorti à la rentrée 2014. Et signé chez Barclay depuis. Feu! Chatterton n’est pas qu’un sinistre brasier de hype qui s’éteint à peine allumé. Au contraire, équilibré entre des textes marqués de références littéraires, d’un chant particulièrement investi et d’un exceptionnel travail de composition, le groupe ouvre la voix sur de multiples expérimentations. Rien n’arrête cette imagination débordante, les parisiens pulvérisent les modèles préconçus. De balade crépusculaire au songwriting léché (« Le Long Du Léthé ») en passant par les envolées lyrique d’un Brel des temps modernes (« Côte Concorde ») jusqu’au groove sexy d’un « Boeing » décomplexé, les idées fusent, les succès s’accumulent. Il y a bel âge qu’on n’avait pas entendu pareille beauté qu’« Harlem », un bail que l’électro rock n’avait pas sonné comme « La Malinche », ici, chez nous. Et ce 16 octobre, la sentence tombe, l’attente n’a donc pas été vaine. Voilà ce que titrent à la capitale, les journaux ce vendredi-là… (novembre 2015)

 

Flying Joes – Let It Out

Flying JoesLet It Out

Flying Joes est un trio montréalais né des cendres de Jelly Fiche qui présente son tout premier album. Ils offrent un son rock brut légèrement teinté de blues avec des influences de Led Zeppelin, Bad Company et Thin Lizzy. Les riffs de guitare sont au cœur de leur musique qui déménage royalement. Le légendaire réalisateur Glen Robinson (Ramones, AC/DC, Keith Richards, Voivod) y est sûrement pour quelque chose. Même s’ils œuvrent dans un territoire qui a été largement surexploité par le passé, les musiciens de Flying Joes réussissent à donner une bonne dose d’énergie à leur musique pour la rendre plus qu’intéressante et très divertissante. (novembre 2015)

SIX

½

   

 Gang Signs – Geist

Gang Signs – Geist

Gang Signs est un trio de Vancouver qui nous arrive avec son premier album. Il s’agit du nouveau projet créatif de Peter Ricq du duo Humans, qui est accompagné pour l’occasion par le chanteur et claviériste Matea Sarenac et le batteur Adam Fink. Ils proposent un son électronique plutôt sombre, à la limite du lugubre, une espèce de new wave cinématographique, mais avec aussi son côté dansant. On peut les comparer à New Order et Depeche Mode, mais avec la froideur de Joy Division et Kraftwerk. The Cure ne sont jamais bien loin non plus. On peut donc affirmer sans surprise que le groupe puise son inspiration dans la musique alternative dansante des années 1980. Malgré une originalité quelque peu discutable, Geist possède une bonne ligne directrice qui plaira probablement aux amateurs des groupes cités précédemment. (novembre 2015)

File Under: Music

 

 Rhiannon Giddens – Tomorrow is My Turn

Rhiannon GiddensTomorrow is My Turn

La chanteuse et multi-instrumentiste de la Caroline du Nord présente un premier album solo, réalisé par T-Bone Burnett. Sur ce premier essai, elle tente de s’éloigner quelque peu de son expérience avec The Carolina Chocolate Drops, en offrant un excellent mélange de blues et de country avec quelques éléments de jazz. Elle reprend des chansons écrites et/ou popularisées par des femmes dont Dolly Parton, Nina Simone et Patsy Cline. Elle présente aussi la chanson-titre qui a été écrite par Charles Aznavour. Une des grandes particularités de Rhiannon Giddens, c’est qu’elle en mesure de donner une touche contemporaine à des chansons d’une autre époque tout en conservant ce côté vieillot si agréable à l’oreille. Un très bon disque d’interprète! (novembre 2015)

Nonesuch / Warner

½

   

 Selena Gomez – Revival

Selena GomezRevival

Avec tout ce qui s’est passé dans la vie de Selena Gomez depuis deux ans (séparation, nouvelle compagnie de disque, problème de management, etc.), pas surprenant qu’elle désire un nouveau départ avec Revival. Elle prend un peu plus le contrôle de l’album, participant à l’écriture. Il en résulte un album un peu plus adulte avec un agréable mélange de pop dansante et de ballades, intégrant aussi plusieurs pièces R&B. Par contre, elle tente d’en faire un peu trop par moments et certaines pièces dites « adultes » deviennent beaucoup trop forcées. En plus, parmi les 14 titres, quelques-uns sont franchement ennuyants et doivent être sautés pour pouvoir continuer à apprécier l’ensemble. Malgré ces moments moins intéressants, Selena Gomez présente une production d’un grand professionnalisme. (novembre 2015)

Vidéoclips : « Good For You » - « Same Old Love »

Interscope / Universal

   

La Grande Sophie – Nos histoires

La Grande SophieNos histoires

Nos histoires est le septième album pour La Grande Sophie, de son vrai nom Sophie Huriaux. La chanteuse pop française s’est fortement inspirée de Hanoï au Vietnam pour ce nouvel opus, ville où elle a complété sa dernière tournée et qui lui a donné le goût de se remettre rapidement à l’écriture. On peut d’ailleurs entendre la chanson « Hanoï ». Sur « Tu dors » elle est accompagnée au piano par Jeanne Cherhal et c’est la première fois qu’elle se permet un tel dépouillement. À noter aussi, le très bon premier extrait, « Maria Yudina ». (novembre 2015)

DEP / Universal

 

 David Guetta – Listen Again

David Guetta Listen Again

Un an après Listen qui contient les succès « Dangerous » et « Lovers on the Sun », David Guetta propose une version enrichie de l’album. En plus des 14 titres parus sur le CD original, on peut entendre rien de moins que huit chansons en boni, dont le nouveau succès avec Sia et Fetty Wap, « Bang My Head », en deux versions. Un deuxième CD intitulé Listenin’ inclut 23 pièces rares dans une version en continu de 56 minutes. Un très bel ajout à l’album Listen dont la chronique se trouve ici. (novembre 2015)

Parlophone / Warner

½

     

 Chris Hadfield - Space Sessions: Songs From a Tin Can

Chris Hadfield - Space Sessions: Songs From a Tin Can

L’astronaute Chris Hadfield a été le premier Canadien à marcher dans l’espace et à commander la station spatiale internationale. Dans ses temps libres, il se donnait à la musique et il a même enregistré quelques pièces en orbite. Sur Space Sessions: Songs From a Tin Can, on peut entendre pour la première fois de la musique enregistrée dans l’espace, même si le tout a été complété sur terre, bien évidemment. Hadfield propose 11 compositions personnelles dans un style folk rock introspectif teinté d’un peu de country. Certaines comme « Beyond the Terra » sont particulièrement réussies alors que d’autres ne se démarquent pas vraiment. En boni, il nous offre sa version bien personnelle de « Space Oddity » de David Bowie. (novembre 2015)

Warner

 

 Heymoonshaker – Noir

HeymoonshakerNoir

Le duo britannique Heymoonshaker est certainement l’un des groupes les plus improbables de la scène blues. Il est composé du chanteur et guitariste Andrew Balcon et du beatbox humain Dave Crowe. Malgré le côté minimaliste de leur musique, ils réussissent à créer une certaine envergure pour une musique qui demeure puissante. Toujours ancré dans le blues, leur son s’en éloigne tout de même passablement sur Noir alors que le duo explore le rock et le soul. Aussi, une section de cordes est ajoutée pour des arrangements un peu plus enrobés et enveloppants. Mais ce qui impressionne toujours autant, c’est la performance de Crowe, lui qui fait toutes les percussions avec sa bouche, même si on en vient à l’oublier. Ce premier album complet du duo maintenant basé en Suède prouve plus que jamais l’immense talent de Heymoonshaker. (novembre 2015)

Vidéoclip : « Take the Reins »

Ad Litteram / Dify / SIX

½

   

 

Geneviève JodoinTableaux

Pour son troisième album, Geneviève Jodoin est entourée du Quatuor Orphée aux cordes, avec les magnifiques arrangements d’Antoine Gratton. Il en résulte une musique folk plutôt riche qui nous berce tout au long des 40 minutes. Pour les paroles, la compositrice est appuyée par Marc Séguin et Frédéric Boudreault (son amoureux qui est aussi le bassiste et le réalisateur du disque). Elle s’est même vue offrir une chanson de Richard Desjardins, « L’homme canon ». En plus de la ballade, Geneviève explore le rock sur « J’m’arrêterai pas ». Elle aborde les thèmes de la nostalgie (« L’amitié »), de l’amour, du désir (« Les planètes ») et du temps (« Hiver de gris »). Celle qu’on a vue comme choriste pour plusieurs émissions de télévision, dont Belle et Bum pendant 7 ans, offre encore une fois un excellent album. (novembre 2015)

4 de Trèfle

½

 

 Kaskade – Automatic

Kaskade Automatic

Né à Chicago, le producteur et DJ Ryan Raddon (alias Kaskade) s’est surtout fait connaître dans la baie de San Francisco. Après plusieurs années de travail intense, il nous arrive avec peut-être son album le plus accompli à ce jour. La recherche sonore y est exceptionnelle et il propose des pièces modernes tout en faisant un clin d’œil au passé avec quelques moments qui peuvent rappeler New Order ou les Pet Shop Boys. Mais les amateurs de musique house n’ont pas à s’en faire puisque sa musique se transporte toujours aussi bien dans les clubs. C’est plus du point de vue de la richesse musicale que Kaskade réussit à intégrer diverses subtilités grandement intéressantes. Il navigue allégrement entre musique pop et underground pour un style house extrêmement efficace et profonde. C’est donc un album de premier plan que nous propose le DJ américain. (novembre 2015)

Vidéoclips : « Never Sleep Alone » (feat. Tess Comrie) - « Disarm You » (feat. Ilsey)

Warner

½

   

 Jana Kramer – Thirty One

Jana Kramer Thirty One

Jana Kramer est une chanteuse country pop originaire de Detroit. Pour son deuxième album, elle emprunte l’idée d’Adele et nous dit son âge avec le titre du disque. Elle propose une musique plutôt légère comparable à Miranda Lambert, avec de nombreuses ballades et pièces pop bonbon. Par contre, elle semble vouloir laisser sortir la tigresse en elle en quelques occasions, mais ce n’est pas là qu’elle est à son meilleur. En fait, l’exercice semble un peu forcé, comme si elle tentait de montrer la mauvaise fille qu’elle n’est pas vraiment. Même si elle fait nouvellement partie de la grande famille de Nashville, Jana Kramer semble plutôt tout droit sortie d’une série de Disney. La démarche est intéressante, mais on n’y croit pas tellement encore. Elle devra faire une coupure avec son passé si elle veut qu’on croit en la mauvaise fille du country qu’elle tente de présenter. (novembre 2015)

Vidéoclips : « Love » - « I Got the Boy »

Elektra / Warner

   

 

Kristina & Alexandre StankéTa tête est folle

Le duo québécois présente son cinquième album en carrière, mais le premier en français après des projets instrumentaux et de poésie lituanienne. Le disque commence en légèreté avec « Doupidou », même si la chanson traite de séparation. L’ensemble demeure plutôt intimiste jusqu’à la fin, dominé par le piano et les voix avec seulement quelques guitares et percussions discrètes pour enrichir l’ensemble. Les textes sont de Michel Piquemal et Claudie Stanké. (novembre 2015)

Kristal Audio

 

 Jamie Lawson – Jamie Lawson

Jamie Lawson Jamie Lawson

L’Anglais Jamie Lawson est un chanteur de rock alternatif adulte qui s’est fait connaître dans les bars irlandais avant d’être découvert par Ed Sheeran. Sur ce premier album éponyme, il propose un son pop rock acoustique avec des influences de folk et des mélodies toujours d’une grande efficacité. Âgé de 40 ans, Lawson est plus mature que la plupart des autres chanteurs britanniques dans le genre qui sont apparus ces dernières années, et ça s’entend. L’ensemble de 36 minutes coule agréablement sans moments ennuyants ou inintéressants. (novembre 2015)

Vidéoclip : « Wasn’t Expecting That »

Gingerbread Man / Atlantic / Warner

½

   

 Alain Lefèvre – RACHMANINOV - HAYDN - RAVEL

Alain Lefèvre RACHMANINOV - HAYDN - RAVEL

Après un album de musique originale, le pianiste de renommée mondiale est de retour à pieds joints dans la musique classique. Pour l’occasion, il s’attaque à des œuvres de Rachmaninov, Haydn et Ravel. D’abord, il interprète la « Sonate pour piano no 2 en si bémol mineur, op. 36 » de Sergei Rachmaninov. Par contre, alors qu’elle a été raccourcie de 6 minutes par Rachmaninov lui-même en 1931, c’est plutôt la version de Vladimir Horowitz de 1940 qu’Alain Lefèvre interprète ici, reprenant ainsi l’essentiel de l’œuvre originale. Il exécute ensuite la « Sonate en fa majeur, no 38, Hob. XVI: 23 » de Joseph Haydn, composée en 1773. Puis, il conclut avec « La Valse » de Maurice Ravel. Comme à son habitude, Lefèvre conserve une maîtrise absolue de son instrument et réussit à nous faire redécouvrir ces œuvres d’une autre époque. (novembre 2015)

Analekta

 

 Majical Cloudz – Are You Alone?

Majical Cloudz Are You Alone?